Escapade en Crète, l’île des dieux

Pour ce troisième article, on reste dans le bassin méditerranéen… Je vous parle aujourd’hui de la Crète, magnifique île grecque située entre les Cyclades au Nord et la Libye au Sud, et que j’ai eu l’occasion de visiter en juin 2016 !

Sisi, notre camp de base lors de notre séjour

Commençons, une fois n’est pas coutume, par notre camp de base lors de notre séjour de 10 jours en Crète : le petit port de Sisi (Σίσι), au Nord-Ouest de l’île.

La petite ville, en elle-même, est très mignonne. On y trouve de nombreux restaurants et bars, ainsi qu’un minuscule port de plaisance. Plusieurs chemins de gravier partent du centre et permettent de se balader en front de mer, loin des promenades débordantes de touristes des autres grandes stations.

DSC_0004.JPG

L’hôtel où nous logions était un petit peu excentré par rapport au centre de Sisi, et il faut prendre la voiture pour le rejoindre, surtout durant les grosses chaleurs de l’été, qui vous empêchent malheureusement de marcher bien longtemps.

Nous logions au Grecotel Meli Palace, un fantastique hôtel quatre étoiles au bord de la mer. Le lieu est vraiment génial, les chambres sont très belles et le complexe est de grande qualité.

L’hôtel se démarque également par sa gastronomie. Il existe deux restaurants au sein du complexe, l’un sous forme de buffets (et auquel vous avez accès en libre-service) et un restaurant à l’extérieur, payant, et avec service à table. Le premier est déjà délicieux, mais je vous partage ici quelques photos prises au second restaurant, sous une tonnelle en front de mer ! Un rêve !

Malia, premier palais minoen

Bien que, aujourd’hui, ce soit l’une des ruines les moins impressionnantes, Malia (Μάλια) n’en était pas moins l’une des capitales de la Crète antique. Ce palais est l’un des sites les plus importants de la civilisation minoenne, qui vivait sur l’île durant l’Antiquité.

DSC_0042.JPG

Cette visite cumule avantages et inconvénients, et est donc une bonne idée de visite pour commencer en douceur votre semaine…

Niveau avantages, le site est très peu couru des touristes, et vous aurez donc loisir de vous balader à votre aise, loin de la foule, dans les ruines. Par rapport à des sites comme celui de Knossos, c’est un vrai avantage !

Le site est également plus ombragé que les autres (pensez aux chaudes journées d’été !) et en bord de mer, il y fait donc plus respirable.

Autre avantage de taille : le site a été en partie découvert et restauré par l’École française d’Athènes, et de nombreuses indications sont en français… Idéal si votre niveau d’anglais ou de grec est approximatif !

Cependant, par rapport aux autres sites antiques, Malia possède deux grands défauts : plus aucun bâtiment n’est debout, et il vous est donc très difficile d’imaginer à quoi ressemblait le palais à l’époque ; et le site en lui-même est beaucoup plus petit que d’autres, et vous avez donc fini le tour en une bonne heure, deux heures maximum.

Prévoyez également de bonnes chaussures puisque, contrairement à d’autres sites, les chemins ne sont pas bien aménagés.

DSC_0026

Le plateau du Lasithi, paradis d’Éole

Un autre site que vous pouvez facilement visiter en peu de temps est le Plateau du Lasithí (Οροπέδιο Λασιθίου). Il est situé dans l’arrière-pays de Malia, et est connu des touristes sous le surnom de “vallée aux 10.000 moulins”…

Sa réputation n’est pas volée, puisque, à peine arrivé sur ce plateau, on voit des moulins à vent à perte de vue. Cependant, la plupart n’ont plus leurs voiles blanches, et ils sont donc difficiles à repérer.

DSC_0106.JPG

Grand plateau marécageux, il est aujourd’hui utilisé majoritairement pour l’agriculture, et vous passerez donc entre de grands champs pour emprunter la route circulaire qui fait le tour du plateau. De nombreux magasins se situent sur votre chemin, et vous pourrez y faire vos emplettes loin des magasins de souvenirs bondés des stations balnéaires. J’ai par exemple visité un sympathique petit magasin spécialisé dans les objets en terre cuite, tenu par une famille, et qui fabrique encore artisanalement ! Vous trouverez également du miel et de l’huile d’olive locales.

Arpentez la grande route circulaire, et n’hésitez pas non plus à bifurquer à travers les chemins qui serpentent entre les champs… Au coucher du soleil, c’est magnifique !

Spinalonga, l’île des oubliés

L’une de mes visites favorites en Crète est l’île de Spinalonga (Σπιναλόγκα). Il s’agit d’une presque-île, située juste en face de Plaka et d’Elounda dans la baie de Mirabello, à l’Ouest de l’île.

C’était autrefois un lieu d’enfermement pour les lépreux crétois, jusqu’en 1957. On y a donc construit des baraquements, tout le long de l’ancienne forteresse antique. L’endroit garde ce parfum de souffrance, comme arrêté dans le temps.

Amis photographes, ce lieu est clairement l’un des plus photogéniques de Crète. Voici une (maigre) sélection des photos que j’y ai prises… Chaque recoin de Spinalonga est plus beau que le précédent, avec ses maisons de pierre et de bois, ses barreaux rouillés et cette mer turquoise en arrière-plan… Enjoy ! 🙂

DSC_0195

Pour vous rendre sur l’île, vous devrez emprunter un petit bateau typique, qui fait la liaison entre Spinalonga et Plaka, ou Elounda. Vous traverserez donc la baie turquoise de Mirabello, pleine de charme.

N’hésitez pas à vous arrêter à Plaka, une sympathique petite station balnéaire aux délicieux restaurants. Lors de mon séjour, j’ai testé la Taverna Spinalonga, qui propose une vue magnifique sur la baie. L’endroit est tenu par une Française, qui sera heureuse de venir discuter avec vous. La nourriture y est délicieuse et fraîchement pêchée ! Je vous laisse admirer la vue depuis la terrasse couverte du restaurant, sur la baie et l’île de Spinalonga en arrière-plan…

DSC_0242

Knossos, le palais antique le plus grand de l’île

L’un des sites archéologiques les plus importants de l’île est sans conteste Knossos (Κνωσός), situé au Sud d’Héraklion, la capitale, au milieu de l’île. C’est l’un des lieux les plus courus des touristes, puisque le palais minoen est l’un des mieux conservés. Grâce (ou à cause, c’est au choix) des multiples rénovations du site au fil du temps, de nombreux bâtiments sont encore debout, et vous avez la possibilité de les visiter de l’intérieur.

Malheureusement, ces rénovations ont également servi à repeindre les fresques antiques pour leur redonner leurs couleurs d’antan… À mon goût, je trouve que le lieu est assez dénaturé par ces rénovations, mais ce n’est que mon avis personnel.

Reste que le site est grandiose, et gigantesque, et vous aurez donc plaisir à vous perdre parmi les ruines.

À voir particulièrement à l’intérieur : la salle du trône, aux murs rouges vifs, ainsi que la fameuse Fresque des dauphins dans les quartiers de la reine. Vous serez vite envoûtés par ces dessins presque enfantins mais très précis de dauphins bleus sur fond beige.

DSC07734

Remarquez également, à travers tout le site, les pithoi, ces énormes jarres de terre cuite, qui renfermaient certaines denrées. Une légende raconte d’ailleurs que le fils du souverain de Knossos, Minos, serait tombé dans une jarre remplie de miel, et s’y serait noyé. Bien possible, puisque certains de ces pithoi faisaient littéralement deux fois ma taille…

Pour le reste, baladez-vous à votre gré dans le site. Des panneaux vous permettent de comprendre facilement où vous vous situez dans le palais antique. En bordure du site, ne manquez pas un grand portique aux colonnes rouges, décoré d’une fresque de taureau… Il semble petit de loin, mais vous vous sentirez tout petit à ses pieds !

DSC07713

N’hésitez pas non plus à prendre un peu de hauteur, et à gagner les terrasses du palais, qui offrent de jolies vues sur le site en contre-bas. De là, vous vous rendez compte de la taille de ce palais antique, qui comprenait aussi bien zones privatives, de réception et commerces.

Une matinée à travers l’arrière-pays et les montagnes…

Envie de plus de nature et de moins de ruines ? Pas de souci… Je vous propose une chouette demi-journée à travers l’arrière-pays, près d’Agios Nikolaos.

La journée débute par un petit stop à l’église de la Panagia Kera (Εκκλησία Παναγία Κερά), à la sortie du village de Kritsa. Cette église, en apparence banale, révèle, à l’intérieur, des fresques byzantines du 13ème siècle, en parfait état. Vous serez surpris d’admirer les visages de ces scènes religieuses orthodoxes.

DSC_0266

Tandis que les cigales chantent dans les champs d’oliviers voisins, vous serez vite emportés par les histoires racontées par les fresques, et ressortirez du lieu émerveillés, en plus d’être parvenus à éviter, grâce à la fraîcheur de l’église, les chaleurs des matinées crétoises.

Prenez ensuite la route des montagnes, vers le site archéologique de Lato (Λατώ). Les vestiges de cette cité dorienne sont en piteux état, mais valent réellement le détour… Notamment pour la randonnée qui permet de s’y rendre.

Après avoir garé votre voiture au parking en contre-bas, il vous faudra de l’énergie et des jambes solides pour gravir la colline vous menant au site archéologique. Par endroit, vous emprunterez même les escaliers antiques, conservés en l’état et toujours utilisables.

DSC_0284

Depuis le sommet de la colline, vous aurez une vue magnifique sur la région, et sur la baie de Mirabello à quelques dizaines de kilomètres.

De la cité dorienne antique, il n’existe plus que quelques fondations de maisons en pierre. Une seule construction résiste encore, en piteux état. Un peu plus haut encore, remarquez le vieux temple de Lato, dont on distingue encore l’autel de pierre.

Laissez-vous ensuite bercer par le soleil de la mi-journée depuis ce site déserté des touristes, et profitez de la vue splendide.

Prochaine étape le long des flancs du Mont Dicté… Le village de Kritsa (Κριτσά) ! Il s’agit de l’un des plus anciens villages de Crète, et l’un des plus photographiés.

L’ensemble de l’économie du village est tourné vers le tourisme, et chaque maison propose des souvenirs artisanaux : bijoux, nourriture, tissus, etc. Les anciens de Kritsa sont, eux, attablés devant leurs maisons et discutent sans discontinuer, tout au long de la journée, dans une ambiance typiquement méditerranéenne.

En redescendant vers le parking de la ville, n’hésitez pas à admirer les jolies rues ombragées et, depuis le contre-bas, la ville dans son ensemble, dizaines de petits toits blancs à flanc de montagne.

Pour terminer cette matinée, n’hésitez pas à redescendre totalement la montagne vers Agios Nikolaos (Άγιος Νικόλαος), une station balnéaire de l’Ouest de l’île. Bon, je vous l’avoue, il s’agit là de la station de vacances pure et dure, et l’on se croirait presque dans le Sud de l’Espagne. Les hôtels, boutiques et restaurants à touristes y sont légion.

La ville vaut cependant le détour, avec ses canaux (on compare parfois la ville, toutes proportions gardées, avec la Cité des Doges), ses ponts et son énorme lac. On raconte même que ce dernier ferait plusieurs dizaines de mètres de profondeur, une hypothèse probable vu les étranges ondes formées au centre du lac…

DSC_0254

N’hésitez donc pas à vous balader dans les rues du centre, il existe de bonnes surprises au niveau des magasins et des lieux à visiter : une vieille église, un magasin artisanal, une jolie place, etc.

Sur le retour, arrêtez-vous à proximité des grands champs d’oliviers qui entourent la ville. Même si vous ne pouvez normalement pas les cueillir, la lumière de l’après-midi dore les petits fruits et leur donne un aspect très photogénique.

DSC07675

Héraklion, la capitale

Lors de votre séjour, vous passerez très probablement par Héraklion (Ηράκλειο), l’une des deux capitales de l’île (la seconde étant La Canée, de l’autre côté de l’île), puisque c’est là que se situe l’un des principaux aéroports déservant l’île.

Mais la ville en elle-même mérite également le détour, avec ses jolies places, ses vieux bâtiments, son fort vénitien, sa baie, ses souks et son musée archéologique.

En bord de mer, ne manquez donc pas le fort vénitien et le port ancien d’Héraklion, aujourd’hui davantage une marina aux beaux voiliers.

Perdez-vous ensuite dans les rues du centre… C’est la plus belle manière de visiter cette ville qui, avouons-le, ne comprend pas de monument hyper-connu. Remontez progressivement depuis le port vers les hauteurs. Vous aurez sûrement la belle surprise de découvrir de beaux recoins de la cité.

 

DSC_0471

DSC_0552

Traversez ensuite, les souks, à proximité du musée archéologique, qui proposent aussi bien des gadgets à touristes que de vieilles icônes orthodoxes et des éponges naturelles (un must-have !).

Arrêtez-vous ensuite au Musée archéologique d’Héraklion. Il s’agit, selon moi, d’un des plus beaux musées de ce genre, avec des pièces de toute beauté et extrêmement bien conservées. Si vous réalisez la visite en fin de séjour, il est probable que vous aurez entendu parler de la plupart de ces pièces lors de vos visites des sites archéologiques, à l’instar des deux abeilles de Malia, ou du disque de Faistos.

Le Musée en lui-même est assez moderne, et suffisamment vaste pour que les gens ne se marchent pas dessus. Au rez-de-chaussée, vous trouvez les collections de sculptures et objets, répartis en fonction de leur époque. À l’étage, vous retrouvez la plupart des fresques issues des palais antiques de l’île.

Dernière étape à Héraklion : les hauteurs de la ville. Gravissez les remparts, qui serpent tout au Sud de la ville. De là, vous aurez une vue magnifique sur le centre-ville :

DSC_0351

Vous pouvez marcher tout le long des remparts, avant que ceux-ci ne vous ramènent progressivement vers le centre.

Balade au Sud de l’île, de Gortys et Faistos à Matala

L’avant-dernière excursion que je vous propose se situe au centre-Sud de la Crète, à proximité de la Mer de Libye.

Premier stop : Gortys (Γόρτυνα), aussi appelé Gortyne ou Gortyna. Il s’agit des ruines d’une cité grecque antique, dont il ne reste que la basilique, un théâtre et les fameux codes de Gortyne, le plus ancien code urbain d’Europe, qui est gravé sur plusieurs murs.

La visite est assez spectaculaire, bien que le site soit vraiment minuscule comparé aux autres vestiges que vous aurez la possibilité de visiter en Crète.

Prenez ensuite la route de Faistos (Φαιστός), une cité antique pratiquement en bord de mer. Le site est presque aussi grand que celui de Knossos, et également en très bon état. Selon moi, il combine bien un site en bon état (s’opposant ainsi à Malia) mais conservé sans trop d’intervention (s’opposant donc à Knossos). Le plateau sur lequel se situe la ville offre une magnifique vue à 360° sur la région.

DSC07972

Pour le reste, je n’ai pas besoin de vous expliquer plus en détail à quoi ressemble le site… Il est assez semblable aux autres, est très beau et vous y passerez facilement plusieurs heures. Par rapport à Knossos, il n’y a cependant rien à visiter à l’intérieur.

Voici quelques photos pour vous donner une idée de l’endroit :

Deux chouettes endroits sur le site : les grands escaliers d’honneur, qui sont un joli spot photo ; et la cafétaria en haut du plateau qui, en plus de proposer de délicieux en-cas et d’offrir une belle vue sur la région depuis sa terrasse, est habitée par une colonie d’adorables chats, qui viendront vous tenir compagnie durant le repas.

Dernier point de vue à visiter absolument au Sud de l’île : Matala (Μάταλα). Cette station balnéaire se situe à quelques kilomètres de Faistos, sur la Mer de Libye. Le village de pêcheurs est majoritairement connu pour ses fameuses falaises, qui ont été creusées artificiellement au Néolithique, et qui furent redécouvertes durant les années 1960, servant alors de repère pour les hippies.

DSC07997

De cette époque hippie, le village conserve un art de vivre bohème et décontracté, avec des marchés couverts et des restaurants sympathiques en bord de mer, avec vue sur les falaises. Depuis l’entrée, des dessins à la craie sur le sol vous mènent au cœur du village. Bon, on ne va pas se le cacher, la ville est très touristique, mais possède tout de même un charme particulier.

À la découverte d’Ayios Georgios, une église perchée face au Mont Dicté

Dernière étape de cette escapade en Crète… La petite église d’Ayios Georgios. Certes, l’église en elle-même ne vaut pas le détour, mais si vous passez dans les environs du Mont Dicté, n’hésitez pas à vous y arrêter.

Vous serez tout d’abord obligé de laisser votre voiture à un parking de terre, avant de marcher les dernières centaines de mètres jusqu’à l’église, située en haut d’une colline, bravant le vent et le soleil, face au Mont Dicté.

DSC_0593

Au bout du chemin de terre, vous atteignez la petite église, qui, bien qu’étant fermée une bonne partie de l’année, offre une vue magnifique sur les environs.

DSC_0611

N’hésitez pas, ensuite, à vous balader aux alentours de l’église. On y trouve des fleurs magnifiques et jamais vues dans nos contrées, et de beaux panoramas sur les montagnes.

La Crète, île des dieux ? C’est bien probable. Ses paysages enivrants et son patrimoine archéologique exceptionnel devraient vous envoûter… et le soleil y brille tout l’été !

3 Replies to “Escapade en Crète, l’île des dieux”

  1. J’ai beaucoup aimé ton article 🙂 Tes photos sont magnifiques et tu nous fais voyager du début jusqu’à la fin. J’aime beaucoup toutes les précisions que tu donnes sur les différents endroits que tu as visités, c’est très intéressant !

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s